Couverture du livre audio La Carte postale De Anne Berest
Écoutez un extrait

La Carte postale

Suivi d'un entretien inédit avec l'autrice


  • De Anne Berest
  • Lu par Ariane Brousse
  • Édité par Audiolib
  • Tout public
  • Version : Integrale
  • 14h 05mn

  • Grand prix des lectrices de Elle - roman
  • Voix seule
Téléchargement audio MP3
  • À écouter sur votre mobile, ou sur n’importe quel autre support
  • Fichier MP3 haute qualité, sans DRM
  • Sans engagement ni abonnement
Prix éditeur : 22,95 €

Présentation du livre audio

"La carte postale est arrivée dans notre boîte aux lettres au milieu des traditionnelles cartes de vœux. Elle n'était pas signée, l'auteur avait voulu rester anonyme. Il y avait l'opéra Garnier d'un côté, et de l'autre, les prénoms des grands-parents de ma mère, de sa tante et son oncle, morts à Auschwitz en 1942. Vingt ans plus tard, j'ai décidé de savoir qui nous avait envoyé cette carte postale, en explorant toutes les hypothèses qui s'ouvraient à moi.

Ce livre m'a menée cent ans en arrière. J'ai retracé le destin romanesque des Rabinovitch, leur fuite de Russie, leur voyage en Lettonie puis en Palestine. Et enfin, leur arrivée à Paris, avec la guerre et son désastre.

J'ai essayé de comprendre pourquoi ma grand-mère Myriam fut la seule qui échappa à la déportation. Et d'éclaircir les mystères qui entouraient ses deux mariages.

Le roman de mes ancêtres est aussi une quête initiatique sur la signification du mot "Juif" dans une vie laïque."

À la fois récit des origines et enquête menée tambour-battant, ce roman se dévore d'une traite ! Ariane Brousse incarne à merveille les personnages hauts en couleur de cette saga qui court sur plus d'un siècle.

Coup de cœur libraire 

Tout commence par une carte postale dans la boîte aux lettres de Lélia, la mère d'Anne Berest. Celle-ci porte quatre noms au dos de l'Opéra Garnier : Ephraïm, Emma, Noémie, Jacques. Les grands-parents de Lélia, ainsi que son oncle et sa tante. Des fantômes réduits à des noms sur une carte postale. Anne et sa mère entreprennent alors d'ouvrir les portes du souvenir. Toutes deux se plongent dans l'histoire des Rabinovitch, leur fuite de Russie, le voyage qui les emmène en Pologne, en Lettonie, en Palestine et finalement en France. Anne Berest raconte leur vie sous la menace grandissante, et puis l'horreur qui les attend, horreur dont Myriam sera la seule à réchapper.

Cette nuit-là, Myriam s'endort, bercée par les roulis du train. Elle rêve qu'elle est à l'intérieur d'un être vivant, un formidable squelette aux veines d'acier. Et puis, un matin, c'est la fin du voyage.

Récompensée par le prix Renaudot des Lycéens en 2021, la Carte Postale est aussi bien une biographie que roman historique : elle fait se rencontrer le passé intime et historique avec subtilité, inspirant une sorte de tour tragique à la vie des Rabinovitch. Pourtant son récit ne tombe jamais dans le pathos, et l'énigme de la carte postale aux quatre destinataires est aussi envoûtante que l'histoire de ses ancêtres. Parfois, passé et présent se font mystérieusement écho, et les souvenirs insufflent un peu de vie aux noms de ceux qui les ont laissés.

- Regarde, me dit Lélia. Je vais te montrer la photographie.
- Elle est troublante, dis-je.
- Ah, tu vois ça toi aussi.
- Oui, les visages s'effacent. Les sourires peinent à exister, comme s'il flottait la conscience ténue du précipice.

La manière dont quatre prénoms écrits maladroitement sur une carte postale prennent forme sous la plume virtuose d'Anne Berest laisse sans voix. L'autrice invoque des souvenirs d'un temps perdu, trace l'esquisse de personnes disparues, tout cela avec respect et honnêteté. Son style est plein de poésie, une vraie perle pour l'audiolecteur, d'autant qu'il est servi par Ariane Brousse. Elle sait moduler sa voix pour incarner tour à tour Anne, sa mère Lélia, ses ancêtres, si bien qu'à la moindre inflexion, on comprend qui parle sans jamais être perdu.

Jacques découvre l'irrésistible accent de son grand-père, sa façon de parler en ratissant le fond du palais jusqu'au larynx. Il découvre aussi le yiddish, cette langue aux mots sucrés qui roulent dans la gorge de Nachman comme des bonbons. Jacques aime ses yeux bleu-gris qui brillent comme deux billes de verre. Leur teinte est pâle, d'une couleur mélancolique et lointaine, lavée par le soleil de Migdal.


Partager

En apprendre plus



  • Éditeur : Audiolib
  • Réalisation : Voix seule
  • Date de production : 2022
  • Livre audio en fr
  • EAN : 9791035408787


2021 Éditions Grasset & Fasquelle _ 2022 Audiolib


Vous avez adoré ? Détesté ?

Couverture du livre audio La Carte postale De Anne Berest
La Carte postale
Aller à :
Merci de patienter